Penser global, agir local

La pêche fantôme liée aux filets perdus ou jetés en mer ou à l'océan est une menace considérable pour les océans. Ces filets perdus continuent en effet à piéger inutilement des créatures marines pendant plusieurs années et affectent significativement les écosystèmes marins.

Les filets perdus ou abandonnés dans les océans peuvent être responsables d'une « pêche fantôme » pendant plusieurs années, ce phénomène menaçant de plus en plus les populations mondiales d'espèces marines, d'après ce qu'un rapport des Nations Unies a montré en 2009.

Environ 640 000 tonnes de filets de pêche sont abandonnés ou jetés en mer ou à l'océan chaque année, ce qui représente 10% des débris marins totaux dans le monde, d'après une étude réalisée par l'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture des Nations Unies (FAO), ainsi que par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

 

Ces filets de pêche « continueront à s'accumuler et les impacts sur les écosystèmes marins continueront à s'aggraver si la communauté internationale ne prend pas des mesures effectives pour gérer ce problème des débris marins dans son ensemble » a déclaré Ichiro Nomura, assistant du directeur-général de la FAO.

 

Les filets abandonnés sont l'une des nombreuses menaces qui pèsent sur les mers, aux côtés de la pêche excessive ou de l'acidification de la mer liée aux gaz à effet de serre 

 

L'étude des Nations Unies préconise des mesures telles que des incitations financières pour les flottes de pêche ramenant au port les filets cassés, ou encore un meilleur recensement des dangers sous-marins pour éviter les pertes de filets, ainsi que de nouveaux types de filets qui pourraient se dissoudre dans l'eau s'ils y restaient trop longtemps.

 

Les filets sont parfois arrachés par des tempêtes, ou se coincent dans des récifs de corail, ou peuvent encore s'emmêler à d'autres filets de pêche.

 

Ils peuvent ensuite commencer à pratiquer ce que le rapport appelle « la pêche fantôme » -c'est-à-dire qu'ils piègent de manière inutile des poissons ou d'autres créatures telles que des tortues, des oiseaux de mer ou des baleines pendant des années voire des décennies.

 

Le rapport n'a pas estimé les dommages totaux que ces filets de pêche faisaient sur les océans, ni les pertes économiques pour les flottes de pêche qui perdent leurs filets depuis la mer de Chine jusqu'à la Méditerranée.

 

« Il est très difficile d'estimer l'impact » de ces pertes, a déclaré David Osborn, coordinateur du Programme d'Action Mondiale du PNUE sur les sources de pollution marine.

 

« Mais nous savons que cela affecte la prise de poisson et que cela représente un problème en terme de dangers de navigation » a-t-il ajouté.

 

Le directeur du PNUE Achim Steiner a déclaré que les filets abandonnés étaient l'une des nombreuses menaces qui pesaient sur les mers, aux côtés de la pêche excessive ou de l'acidification de la mer liée aux gaz à effet de serre. Il a déclaré que tous ces phénomènes affectaient les systèmes écologiques marins.

 

Parmi les recommandations, le rapport des Nations Unies indique que les flottes de pêche pourraient être récompensées pour signaler des pertes de filets ou rapporter au port des filets endommagés. Le marquage des filets pourrait également aider à identifier les coupables et à chercher les causes de ce genre d'incidents.

 

Les nouvelles technologies peuvent également participer à la lutte contre la « pêche fantôme ». Dans certains pays des pièges ont un sommet biodégradable qui se dissout s'il reste dans l'eau trop longtemps. Certains filets pour attraper les poissons sont également conçus pour laisser passer les tortues.

 Notre mission